Meeting Orvis Europe 2016: reportage partie 3 (la pêche !)

La Test est sans doute l’une des rivières les plus renommées d’Angleterre. Ce « Chalk Stream » aux eaux claires fait l’objet de nombreux écrits sur la pêche à la mouche. Il existe d’innombrables parcours privés aménagés pour pêcher depuis la berge sans entrer dans l’eau. Orvis dispose de parcours privés pour sa clientèle et ses collaborateurs. C’est une véritable chance de pouvoir pêcher en ces lieux lors des rencontres annuelles organisées par Orvis.

test-kimbridge

Les différents temps de pêche du Meeting se sont déroulés à Timsbury et Kimbridge. Le premier parcours présente des faciès plus variés que le second. Il est nécessaire de pêcher avec une canne 9′ soie 5 pour passer de la sèche à la nymphe à vue facilement. Disposer d’une canne assez puissante est un vrai avantage pour combattre les belles truites qui n’hésitent pas à rentrer dans les herbiers lorsqu’elles sont piquées.

received_10209241397924736

Même s’il est vrai que les truites ne sont pas toutes sauvages, les ombres communs sont tous natifs de la rivière. Des truites de mer, des saumons et des anguilles continuent de remonter cette rivière qui malgré de nombreux aménagements reste un petit paradis pour les pêcheurs. La taille des poissons dépasse très régulièrement 40 cm et la robe des truites sauvages est fabuleuse.

nice-brown

Pour les personnes qui ont déjà pêché la haute Seine à Vix, la Test présente des faciès très similaires. Il est nécessaire d’être discret et de réaliser des présentations impeccables pour réussir à prendre les truites comme les ombres. La pêche en sèche est bien entendue la technique la plus pratiquée par nos amis anglais. La mouche de mai est la reine des mouches sèches sur cette rivière. Les prix à la journée sont d’ailleurs beaucoup plus élevés durant la période de la mouche de mai. Les sedges, les olives, les tipules et de nombreux insectes terrestres sont également très présents. Les prairies qui bordent la Test  « grouillent » de vie. Pas étonnant que les poissons soient très gras dans cette rivière !

truite-eau

En septembre les gobages sont assez rares, il ne faut donc pas rater les pics d’activité pour réussir à faire monter des poissons. De petites émergentes en dubbing d’oreille de lièvre ou en CDC donnent de bons résultats lorsque les petites olives sont présentes.

olive Les tipules « Daddy Long Legs » offrent la possibilité de voir une truite monter à toute vitesse pour gober rageusement ces gros insectes !tipule

Si les insectes ne sont pas nombreux sur l’eau, sous l’eau les herbiers sont de vrais « garde-manger ». Si les poissons ne gobent pas il y a de bonnes chances pour qu’ils s’alimentent sous l’eau à la recherche de larves en dérive. Alors, la pêche en nymphe à vue se révèle très efficace. L’Helios 2 Covert 9′ soie 5 a permis à Thibault de réaliser de magnifiques coups de ligne. Cette canne est parfaite pour la pêche à vue. Au lancer, c’est une merveille et au combat le blank travaille parfaitement.

thib-grayling3

Ce n’est pas parce que les poissons de la Test sont moins sollicités en nymphe qu’en sèche qu’ils sont faciles à leurrer. Certes, en France, au mois de septembre, il faut parfois être un artiste ne serait-ce que pour prendre un poisson sur les parcours les plus fréquentés ! Les ombres et les truites de la Test ne se déplacent que de quelques centimètres pour prendre une nymphe. Il faut donc pêcher avec le bon poids, la bonne taille de nymphe et une longue pointe de bas de ligne pour parvenir à intéresser les poissons.

flo-trout-brown

Une autre technique s’est avérée très efficace lorsque la lumière manquait. La pêche à
distance avec une petite nymphe et un indicateur. Le Strike Indicator Néo-zélandais a fait des merveilles pour Thibault ! Il lui était possible de prendre des poissons postés à plus de 10 mètres dans les veines nourricières qui longeaient la berge opposée.

combat

Florian avait pris le parti de remplacer l’indicateur Néo-zélandais par un tabanas sur hameçon n°14 monté sur une potence. La pointe devait être assez fine (Orvis Superstrong Plus 6x et 7x) pour que la nymphe plonge rapidement.

tabanas

Les pheasant tails montées sur des hameçons n°18 et 16 lestées d’une bille de 2 mm à 2,5 mm en tungstène étaient excellentes. La couleur des billes pouvaient vraiment faire la différence, le rose fluo et la couleur chocolat se sont révélés très efficaces autant sur les ombres que sur les truites.

ptchocoptrose

Au cours des différentes sessions Thibault et Florian ont su prendre des poissons en changeant régulièrement de technique, de longueur de pointe et de mouche. Les petites nymphes donnaient les meilleurs résultats. Le temps est passé du grand soleil à la pluie. La pêche à vue étant très compliquée sous une pluie régulière, il fallait trouver un autre moyen de prendre les poissons sans les voir.

thib-fight1

A savoir : si vous pêchez des rivières assez lentes et claires avec des poissons relativement éduqués, il ne faut pas hésiter à modifier votre bas de ligne. En l’absence de gobage il est tout à fait possible de pêcher de la même manière qu’en sèche avec une petite nymphe et un indicateur ou une mouche sèche. Voir le petit pompon dériver puis plonger est aussi un plaisir et il faut savoir guider sa ligne dans les courants sans draguer pour bien pêcher.

truite-thib2

La pluie était régulière durant la dernière demi-journée de pêche sur le parcours de Kimbridge. Dans ces conditions, la visibilité était très diminuée, la pêche à vue étant compliquée, c’est bien en pêchant avec un tandem sèche/nymphe que Thibault et Florian ont le mieux réussi.

flo-grayling

Après ces derniers poissons, il était temps de ranger les affaires et de prendre l’avion pour la France. Cette édition 2016 du Meeting Orvis Europe était très riche avec de nombreuses nouveautés. Vous pourrez retrouver les ambassadeurs Orvis à travers de nouveaux articles et lors de prochains événements en France.

 

Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *