Début de saison en quelques sèches

Le début de saison de la pêche de la truite en rivière est une période marquée par des conditions de pêche plutôt aléatoire en général mais avec un peu de chance, les insectes sortent et les poissons gobent ! A cette période, le moindre réchauffement de l’eau fait prendre vie aux rivières ce qui offre de belles possibilités de pêche à condition d’avoir quelques bonnes mouches sèches.

Je ne pouvais commencer cet article autrement qu’en présentant la fameuse March Brown ou brune de Mars. Il est vrai que cette grande éphémère n’est pas équitablement présente dans les rivières de France. Généralement ce sont les rivières moyennes et larges aux courants vifs qui donnent lieu à des éclosions massives de cet Eptageniidae. Ce qu’il faut savoir c’est que les éclosions sont généralement très brèves et ont lieu généralement en milieu de journée.

A la sortie de son enveloppe larvaire, cette éphémère est assez terne avec des couleurs assez sombre. Le stade subimago  est bien celui qui met en appétit les truites. En fonction des rivières, les imitations peuvent êtres plus ou moins brunes et montées sur des hameçons de taille 14 à 10.

L’émergente ci-dessus est issue de ma collection personnelle. Le mélange de dubbing de lièvre et le cerclage de couleur brique donne à cette mouche un aspect très prenant dans les courants. L’aile en cul de canard mêlée à quelques fibres de flanc de canard imite bien l’aspect des ailes de l’insecte naturel.

Ci-dessus, il s’agit de l’imitation fétiche de Matthias Parre qui a mis au point ce montage simple et très prenant sur les lisses de la Dordogne. Bien entendu il n’y a pas que sur cette rivière que cette mouche séduit les poissons. L’association du faisan avec CDC fait toujours des merveilles !

Autre insecte phare du début de saison : Baetis Rhodani ! Sans vouloir donner un cours d’entomologie, cette éphémère est assez commune en France et comme la famille des Baetidae est très riches, les imitations d’éphémères olives sont génériques et permettent de couvrir pratiquement toutes la saison de pêche. Sans vouloir rentrer trop dans les détails les imitations de baetis sont très variables en fonction des période et des régions. Les poissons se focalisent souvent sur ces insectes plus petits que les March Brown.

Des centaines d’imitations de Baetis et je dirai même qu’il y a autant de variantes que de pêcheur… Ci-dessous je vous présente à gauche un modèle très classique avec une aile en CDC gris naturel, un corps en dubbing extra-fin olive et un thorax en dubbing de lièvre. Les cerques sont en coq du limousin. Cette mouche ne quitte jamais ma boîte et je la décline de la taille 18 à 14. A droite c’est une variante avec une aile en coq du Limousin tournée sur un élastique. Les fans d’Avozetto reconnaîtrons l’une des mouches que monte les animateurs de ce site dans les clubs et sur les salons. L’intérêt principale de cette mouche en coq est de bien flotter dans les courants et de bien sécher.

Sur les plats Matthias fait parfois la différence avec des mouches très fines. Son petit voilier ci-dessous est un montage simple est très efficace.

 

Les trichoptères de début de saison sont généralement assez petits est plutôt sombre. N’étant pas certain du petit son du sedge ci-dessous, je ne me risquerai pas à le nommer (avis au spécialistes !). Tout bon pêcheur en sèche se doit d’avoir des imitations de sedges dans sa boîte. En CDC gris, en chevreuil ou en flanc de canne, les imitations de petits trichoptères foncés sont

Ci-dessous, ce plécoptère très fin et foncé de la famille des Leuctridés est aussi appelé « Neddle fly » (mouche aiguille en français). C’est un insecte très fréquent en début de saison. Les poissons ne les gobent pas régulièrement mais dans certains cours d’eau il n’est pas rare de voir une truite gober l’un de ces insectes qui tente de s’envoler. Une mouche double collerette grise fait illusion ! Une imitation de sedge gris en CDC ou avec une aile en pardo feront l’affaire.

Pour palier au différentes situations sans devoir emporter trop de modèles dans ma boîte j’opte souvent pour des mouches d’ensemble. L’une de mes mouches sèches favorites est faite avec une aile en CDC gris naturel avec un corpe en dubbing de lièvre cerclé d’un tinsel doré auquel j’ajoute un tag orange. Certains la nomme « orange tag », d’autres « cul orange », cette mouches d’ensemble est incitative mais il est possible de reprendre la même base de montage sans tinsel et sans tag. Je monte cette mouche sur hameçons n°18 et n°16.

L’une des mouches à ne jamais oublier à la maison c’est l’oreille de lièvres ! Cette mouche peut être déclinée de plusieurs manières mais l’idée est bien d’en faire une imitation d’ensemble qui permet de couvrir différentes situations de pêche et de tromper l’oeil de poissons opportunistes. Je décline cette mouche de la taille 20 à 14 en ajoutant des cerques en coq roux, un cerclage doré et une aile en dubbing d’oreille de chevreuil. Je ne suis pas un puriste du lièvre, je trouve que le poil fin de chevreuil apporte une flottaison supérieure à cette mouche.

 

Dès les premiers jours de pêche en rivière il peut y avoir un instant de frénésie avec des gobages rageurs sur des plats ou en fin de courant. Ne manquez pas ces moments aussi excitants que fascinants ! J’ai en tête de grandes scènes de pêche dans les gorges du Tarn, sur le Lot, la Colagne et d’autres rivières que j’affectionne.

Facebook

2 réflexions au sujet de « Début de saison en quelques sèches »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *