Bien débuter la pêche à la mouche : les bons conseils

La pêche à la mouche et sans doute la technique qui se démarque dans la plupart des supports de communications qui circulent auprès du grand public lorsqu’il s’agit de parler de la pêche en général. Avec le film de Robert Redford « Et au milieu coule une rivière », la pêche à la mouche est devenue l’une des passions préférées des américains, le succès du film a même eu une grande influence en Europe. L’esthétisme de la gestuelle du pêcheur, la soie colorée qui dessine une belle courbe dans le ciel, un paysage préservé en fond et une rivière limpide qui traverse une plaine… cela fait toujours rêver. Chaque année, de nombreux néophytes passent le pas et s’équipent pour débuter. Voici quelques questions et réponses.

Comment débuter la pêche à la mouche ?

Débuter seul la pêche à la mouche est un vrai chemin de croix… il est très difficile d’appréhender une gestuelle efficace et confortable sans les conseils d’un initiateur de club ou d’un moniteur de pêche à la mouche. Il existe de nombreux clubs en France et la liste de moniteurs/guides de pêche à la mouche est longue. Se rapprocher d’un club affilié à la Fédération Française de pêche à la mouche ou d’un moniteur diplômé affilié à cette fédération est une garantie pour recevoir les bonnes bases dès le départ. Ceci est déterminant pour la progression. Une gestuelle mal acquise donnera lieu à des frustrations lorsqu’il s’agit d’accomplir des lancers techniques pour prendre des poissons postés sous des branches ou à distance.

thib+fish

Y a-t ‘il un âge pour apprendre la pêche à la mouche ?

NON : même s’il faut être plutôt en forme pour arpenter les berges des rivières ou des lacs de montagnes, la pêche à la mouche peut se pratiquer de 7 à 77 ans et bien plus ! Spontanément, des jeunes se présentent dans des clubs ou participent à des stages pour apprendre la pêche à la mouche. Il arrive également que de jeunes retraités se trouvent une nouvelle passion et décident de profiter de leur temps libre pour découvrir la pêche à la mouche au contact d’un ami, d’un moniteur ou dans un club. L’important est d’être accompagné au cours de son apprentissage par une personne capable d’enseigner les bonnes bases techniques et de corriger les défauts.

Peut-on pêcher à la mouche d’autres poissons que la truite ?

OUI : c’est même de plus en plus vrai. Bien que le stéréotype reste celui du pêcheur à la mouche qui pêche en sèche les truites dans une rivière de plaine ou de montagne, de plus en plus pêcheurs se consacrent à la traque de nombreuses espèces de poissons d’eau douce et d’eau salée en employant des mouches artificielles (imitatives ou incitatives). De l’ablette au requin en passant par le saumon et le silure, des pêcheurs à la mouche réalisent des prises incroyables, le tout est d’avoir un lieu de pêche avec des poissons susceptibles de s’intéresser à une mouche artificielle et d’utiliser un matériel adéquat.

Perches

Si les truites ou les ombres ne peuplent pas la rivière ou le plan d’eau le plus proche de chez vous, le chevesne, la perche, la vandoise, la perche soleil ou le rotengle sont des poissons parfaits pour débuter.

Avec quel matériel bien débuter la pêche à la mouche ?

Une question de morphologie et de confort peut se poser. En fonction de la morphologie d’une personne, le matériel peut être adapté. Pour une bonne prise en main, il est préférable de choisir une poignée fine de type demi-cigare (half-wells) pour les jeunes et les femmes. Pour la longueur de canne et la puissance, il est cohérent de privilégier des cannes assez courtes et légères pour des jeunes de moins de 12 ans de manière à ce que l’effet de « balancier » ressenti lors du lancer soit modéré. Les capacités physiques d’un jeune en croissance doivent être accompagnées avec un matériel adapté et pas surdimensionné. Pour celles et ceux qui débutent la pêche à la mouche pour chercher les carnassiers il est plus judicieux de commencer avec une canne progressive et plutôt courte (9′).

Astuce : il existe un outil pédagogique très ludique pour appréhender facilement et visuellement les bons gestes : le Practicaster Orvis. Cette petite canne équipée d’une cordelette est un kit très amusant qui permet de caler la gestuelle avant de passer sur une vraie canne avec une soie pour réaliser l’exercice.

Practicaster

Il n’est pas utile de débourser une fortune pour s’équiper, le tout est d’investir dans un matériel suffisamment technique pour que les sensations de lancer soient bien transmises de la canne à la main. Les actions progressives ou semi-rapides sont très adaptées.

De 8 et 12 ans, un jeune pourra débuter en utilisant une canne plutôt courte (entre 7′ et 9′) pour soie de n°4 à 6 de préférence. En grandissant et en développant ses qualités de lanceur, un jeune pourra progressivement lancer avec des cannes de 9’6 et 10′ pour des numéros de soie plus importants.

Les femmes qui désirent pratiquer la pêche à la mouche pourront s’équiper des mêmes cannes que les hommes c’est-à-dire des cannes de 8′ à 10′ pour des numéros de soies n°4 à n°6 dans un premier temps. Plus une canne est longue et plus la gestuelle doit être maîtrisée, une canne de 9′ soie 5 est la canne type pour débuter facilement.

Où apprendre à lancer ?

Les premières séances de lancer ont souvent lieu dans un espace ouvert comme un stade de foot, une grande pelouse ou un gymnase. Les initiateurs et les moniteurs utilisent un bout de laine en guise de mouche pour visualiser le déploiement du bas de ligne lorsque le lancer et terminer et que la soie se pose au sol. Les cerceaux peuvent servir à l’apprentissage du ciblage. Le fait de ne pas lancer directement sur l’eau est un bon moyen de se concentrer sur la gestuelle plutôt que sur ce qui se passe dans l’eau ! En fonction de la progression des néophytes il peut être mis en place des exercices sur cible ou avec des obstacles. Attention, il ne faut surtout pas brûler les étapes et se concentrer sur les bases pour bien mémoriser le positionnement du corps dans l’espace et sentir la canne travailler.

1Casting

Orvis a développé quatre kits complets très adaptés pour bien débuter et progresser à un prix tout à fait abordable. La gamme Encounter Outfits bénéficie de réels atouts techniques qui facilitent l’apprentissage de la pêche à la mouche. Contrairement à des ensembles de 1er prix, ces packs Orvis ne seront pas obsolètes quelques mois après les premières leçons, il est question de pêcher durant des mois voire des années avec ce type de matériel.  Il n’y a plus qu’à attacher une mouche au bout du bas de ligne pour réaliser ses premiers lancers sur l’eau.

Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *