Atelier recyclage de guirlande : faites des sparklers !

Sapin de Noël, guirlandes…. les fêtes sont passées mais rassurez-vous je parle bien de pêche à la mouche ! Ces mots que tout le monde utilise au moment des fêtes de fin d’année, les pêcheurs en réservoir les utilisent pour nommer des streamers étincelants. Les « Sparklers » sont des mouches de pêche redoutables et pas que pour la pêche de la truite. C’est avec un sparkler sur hameçon n°8 que j’ai pris mon plus gros brochet à la mouche (1,18 m)…

Au risque de choquer les puristes de la pêche à la mouche sèche, j’aborde le sujet du recyclage de matériaux qui à l’origine se trouvaient davantage dans le rayon décoration d’un supermarché que dans le rayon « Fly Tying » d’un magasin de pêche.

guirlandes

S’il y a bien un domaine où les pêcheurs à la mouche sont sans limite c’est bien le montage de mouche. Constatant que les poissons prédateurs s’intéressaient aux alevins et aux petits poissons vous imaginez bien qu’un monteur bien inspiré n’a pas longtemps hésité à couper discrètement quelques fibres brillantes d’une guirlande sur le sapin de Noël pour améliorer l’efficacité de ses streamers…

Je ne vais pas reprendre la genèse du sparkler mais plutôt vous indiquer quelques modèles qui fonctionnent régulièrement en lac en réservoir pour solliciter les truites. Avec près de 15 ans de pêche à la mouche en compétition derrière moi j’ai eu l’occasion de tester de nombreuses mouches mais ce qui m’a souvent permis de faire la différence c’est avant tout la qualité de nage des modèles que j’ai sélectionnés.

x-modeles-spark

Il existe de nombreuses déclinaisons de sparklers : longs, courts, très fournis, très minimalistes, lestés, non lestés… ajoutez à cela les différentes couleurs de fibres proposées sur le marché et vous pourriez vite remplir une boîte à mouche rien qu’en créant un modèle de chaque déclinaison. D’une manière générale ces streamers fonctionnent mieux par temps ensoleillé et dans les eaux claires. Mais à la pêche il existe toujours des exceptions…

Au fil de mes sorties et des compétitions j’ai retenu quatre formes de sparklers que j’utilise de différentes manières en fonction des conditions et du comportement des poissons. Je privilégie les hameçons sans-ardillons en raison des règlements intérieurs de la plupart des réservoirs et des compétitions. Vous pouvez reprendre ces différents modèles en adaptant les montages à votre gout et aux références d’hameçons que vous préférez.

1 ) Le sparkler twisté ( longeur 5 à 8 cm) :

Montage : pour confectionner ce sparkler j’utilise des fibres longues et brillantes, un hameçon n°8 ou n°6 à hampe moyenne et une bille en tungsten de 3 à 3,8 mm. Le principe de cette mouche est d’enrouler sur la hampe un dubbing de flashabou dont les fibres sont emprisonnées dans une boucle de soie de montage torsadée à l’aide d’un twister à dubbing. A chaque tour de dubbing je rabats les fibres en arrière et ce jusqu’à la bille en tungstène. En froissant les fibres entre les doigts vous obtiendrez une mouche au volume très mobile sous l’eau.

spark-rose

Utilisation : c’est un très bon modèle pour pêcher les plans d’eau où les gros poissons ne sont pas rares. Je conseille des animations saccadées pour faire onduler ce streamer en le laissant se gonfler entre chaque tirée (strip). Je décline parfois ce modèle en rose ou en bleu dans les plans d’eau très pêchés mais il reste très efficace en or et argent. Pour les soies, c’est avec une intermédiaire ou une plongeante S3 que ce sparkler fonctionne le mieux.

2 ) Le parkler long (7 à 10 cm) :

Je monte ce sparkler avec des hameçons à hampe moyenne ou courte mais qui bénéficient d’une grande ouverture (Kamazan : B170 ou B 160 par exemple). Il ne faut pas hésiter à placer une bille en tungstène de 3,5 à 4 mm en tête. Je commence par fixer une vingtaine de fibres brillantes quelques millimètres derrière la bille puis je réalise un dubbing synthétique fin twisté (or, argent ou noir par exemple). Je brosse bien le dubbing à l’aide de velcro pour donner un peu de volume.

my-spark

Utilisation : Si j’utilise des fibres longues et des billes en tungstène lourdes c’est pour animer cette mouches très rapidement (rolly polly et stripping très rapide). L’idée est bien de faire onduler ce streamer à toute vitesse pour imiter une proie en fuite. C’est un modèle redoutable en soie flottante comme en soie plongeante. Si les poissons réagissent sur des animations très rapides, il y a de bonne chances pour qu’ils s’en emparent rageusement.

3 ) Le sparkler « anorexique » ( 4 à 7 cm) :

Ce sparkler très fin se monte sur un hameçon court en taille 14 à 8. Comme pour le modèle long, j’utilise une référence d’hameçon dont l’ouverture est importante. En tête j’utilise des billes en tungstène de 2,5 à 3,5 mm. Je fixe moins d’une dizaine de fibres brillantes très souples en queue puis j’enroule des fibres sur la hampe. J’aime faire un tag derrière la bille et je vernis le corps sur toute sa longueur pour obtenir un résultat lisse.

anorspark-cuivre

Utilisation : ce modèle fin et lesté ce qui est idéal pour pêcher fin et varier les animations. Lorsque les poissons naviguent sous la surface, ce modèle est parfait pour les solliciter à vue. Je n’hésite pas à l’utiliser seul ou en teaser avec un streamer noir en pointe.

4 ) Le mini sparkler ( 2 à 4 cm) :

L’hameçon doit être plutôt for de fer pour monter ce petit streamer. Le B175 Kamazan est très bien, j’utilise également le B160 pour monter les modèles les plus courts. Je ne leste pas ce modèle. Je commence par placer un tag en laine rouge en queue. Je fixe un tinsel métallique pour le cerclage puis je réalise un corps en dubbing or ou argent que j’enroule sur la hampe pour former le corps de streamer. Je réalise le cerclage avec le tinsel métallique pour solidifier le montage. Enfin, je monte l’aile en fixant quelques poils de lapins que je recouvre de fibres brillantes très souples. Je coupe l’aile à la longueur voulue et je réalise une tête en soie de montage. Déclinez cette mouche en or, cuivre et argent.

mini-spark-or

Utilisation : ce petit sparkler est un excellent teaser qui peut aussi bien s’utiliser en flottante avec des mouches noyées qu’en plongeante avec un booby en pointe. Il s’anime en tricotant ou en strippant la soie. Cette mouche ne quitte plus mes boîtes depuis une compétition internationale en Ecosse où il m’a permis de prendre autant de truites fario que de truites arc-en-ciel en lac. Il est possible de l’utiliser en association avec un streamer noir en pointe avec une soie intermédiaire.

La pêche à la mouche ne se limite pas aux truites. Si vous pêchez les perches, les black-bass ces modèles fonctionnent très bien. Pour le brochet je vous recommande de monter des Sparkler taille XXL sur des hameçons de 0 à 6/0 en mélangeant les fibres synthétiques brillantes avec des mèches de bucktail pour donner du volume.

J’espère que ces quelques modèles vous réussiront. N’oubliez pas de vous approprier ces mouches et de les revisiter en fonction de vos habitudes avec les matériaux de montage que vous possédez. Privilégiez toujours des fibres brillantes très souples de manière à ce qu’à la moindre animation votre sparkler prenne vie.

A vous de jouer !

Florian

 

Facebook

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *