Archives mensuelles : mai 2016

Bien débuter la pêche à la mouche : les bons conseils

La pêche à la mouche et sans doute la technique qui se démarque dans la plupart des supports de communications qui circulent auprès du grand public lorsqu’il s’agit de parler de la pêche en général. Avec le film de Robert Redford « Et au milieu coule une rivière », la pêche à la mouche est devenue l’une des passions préférées des américains, le succès du film a même eu une grande influence en Europe. L’esthétisme de la gestuelle du pêcheur, la soie colorée qui dessine une belle courbe dans le ciel, un paysage préservé en fond et une rivière limpide qui traverse une plaine… cela fait toujours rêver. Chaque année, de nombreux néophytes passent le pas et s’équipent pour débuter. Voici quelques questions et réponses.

Comment débuter la pêche à la mouche ?

Débuter seul la pêche à la mouche est un vrai chemin de croix… il est très difficile d’appréhender une gestuelle efficace et confortable sans les conseils d’un initiateur de club ou d’un moniteur de pêche à la mouche. Il existe de nombreux clubs en France et la liste de moniteurs/guides de pêche à la mouche est longue. Se rapprocher d’un club affilié à la Fédération Française de pêche à la mouche ou d’un moniteur diplômé affilié à cette fédération est une garantie pour recevoir les bonnes bases dès le départ. Ceci est déterminant pour la progression. Une gestuelle mal acquise donnera lieu à des frustrations lorsqu’il s’agit d’accomplir des lancers techniques pour prendre des poissons postés sous des branches ou à distance.

thib+fish

Y a-t ‘il un âge pour apprendre la pêche à la mouche ?

NON : même s’il faut être plutôt en forme pour arpenter les berges des rivières ou des lacs de montagnes, la pêche à la mouche peut se pratiquer de 7 à 77 ans et bien plus ! Spontanément, des jeunes se présentent dans des clubs ou participent à des stages pour apprendre la pêche à la mouche. Il arrive également que de jeunes retraités se trouvent une nouvelle passion et décident de profiter de leur temps libre pour découvrir la pêche à la mouche au contact d’un ami, d’un moniteur ou dans un club. L’important est d’être accompagné au cours de son apprentissage par une personne capable d’enseigner les bonnes bases techniques et de corriger les défauts.

Peut-on pêcher à la mouche d’autres poissons que la truite ?

OUI : c’est même de plus en plus vrai. Bien que le stéréotype reste celui du pêcheur à la mouche qui pêche en sèche les truites dans une rivière de plaine ou de montagne, de plus en plus pêcheurs se consacrent à la traque de nombreuses espèces de poissons d’eau douce et d’eau salée en employant des mouches artificielles (imitatives ou incitatives). De l’ablette au requin en passant par le saumon et le silure, des pêcheurs à la mouche réalisent des prises incroyables, le tout est d’avoir un lieu de pêche avec des poissons susceptibles de s’intéresser à une mouche artificielle et d’utiliser un matériel adéquat.

Perches

Si les truites ou les ombres ne peuplent pas la rivière ou le plan d’eau le plus proche de chez vous, le chevesne, la perche, la vandoise, la perche soleil ou le rotengle sont des poissons parfaits pour débuter.

Avec quel matériel bien débuter la pêche à la mouche ?

Une question de morphologie et de confort peut se poser. En fonction de la morphologie d’une personne, le matériel peut être adapté. Pour une bonne prise en main, il est préférable de choisir une poignée fine de type demi-cigare (half-wells) pour les jeunes et les femmes. Pour la longueur de canne et la puissance, il est cohérent de privilégier des cannes assez courtes et légères pour des jeunes de moins de 12 ans de manière à ce que l’effet de « balancier » ressenti lors du lancer soit modéré. Les capacités physiques d’un jeune en croissance doivent être accompagnées avec un matériel adapté et pas surdimensionné. Pour celles et ceux qui débutent la pêche à la mouche pour chercher les carnassiers il est plus judicieux de commencer avec une canne progressive et plutôt courte (9′).

Astuce : il existe un outil pédagogique très ludique pour appréhender facilement et visuellement les bons gestes : le Practicaster Orvis. Cette petite canne équipée d’une cordelette est un kit très amusant qui permet de caler la gestuelle avant de passer sur une vraie canne avec une soie pour réaliser l’exercice.

Practicaster

Il n’est pas utile de débourser une fortune pour s’équiper, le tout est d’investir dans un matériel suffisamment technique pour que les sensations de lancer soient bien transmises de la canne à la main. Les actions progressives ou semi-rapides sont très adaptées.

De 8 et 12 ans, un jeune pourra débuter en utilisant une canne plutôt courte (entre 7′ et 9′) pour soie de n°4 à 6 de préférence. En grandissant et en développant ses qualités de lanceur, un jeune pourra progressivement lancer avec des cannes de 9’6 et 10′ pour des numéros de soie plus importants.

Les femmes qui désirent pratiquer la pêche à la mouche pourront s’équiper des mêmes cannes que les hommes c’est-à-dire des cannes de 8′ à 10′ pour des numéros de soies n°4 à n°6 dans un premier temps. Plus une canne est longue et plus la gestuelle doit être maîtrisée, une canne de 9′ soie 5 est la canne type pour débuter facilement.

Où apprendre à lancer ?

Les premières séances de lancer ont souvent lieu dans un espace ouvert comme un stade de foot, une grande pelouse ou un gymnase. Les initiateurs et les moniteurs utilisent un bout de laine en guise de mouche pour visualiser le déploiement du bas de ligne lorsque le lancer et terminer et que la soie se pose au sol. Les cerceaux peuvent servir à l’apprentissage du ciblage. Le fait de ne pas lancer directement sur l’eau est un bon moyen de se concentrer sur la gestuelle plutôt que sur ce qui se passe dans l’eau ! En fonction de la progression des néophytes il peut être mis en place des exercices sur cible ou avec des obstacles. Attention, il ne faut surtout pas brûler les étapes et se concentrer sur les bases pour bien mémoriser le positionnement du corps dans l’espace et sentir la canne travailler.

1Casting

Orvis a développé quatre kits complets très adaptés pour bien débuter et progresser à un prix tout à fait abordable. La gamme Encounter Outfits bénéficie de réels atouts techniques qui facilitent l’apprentissage de la pêche à la mouche. Contrairement à des ensembles de 1er prix, ces packs Orvis ne seront pas obsolètes quelques mois après les premières leçons, il est question de pêcher durant des mois voire des années avec ce type de matériel.  Il n’y a plus qu’à attacher une mouche au bout du bas de ligne pour réaliser ses premiers lancers sur l’eau.

Facebook

Quelques heures avant l’ouverture de l’ombre

La pêche de l’ombre commun ouvre officiellement samedi 21 mai sur la plupart des rivières françaises. Cette année encore, de nombreux pêcheurs à la mouche sont impatients de retrouver ce poisson passionnant. Si pour vous l’ouverture est l’occasion de pêcher avec des amis et de prendre ce magnifique poisson à la mouche avant de lui rendre sa liberté, voici quelques notions qui devraient vous intéresser.

Rivière d'ain No-Kill de Chazey

1) L’ombre poisson de courant : pour trouver les ombres, il faut souvent chercher les courants vifs. Dès l’ouverture les ombres sont postés dans les secteurs rapides pour s’alimenter en captant les invertébrés en dérive sous l’eau comme sur l’eau. Si vous avez la possibilité d’observer ces poissons sous l’eau du haut d’un pont, vous constaterez probablement que les ombres évoluent avec une aisance déconcertante dans les vaines d’eau très vives. Ces poissons sont taillés pour vivre dans les courants et il savent parfaitement utiliser le moindre mouvement d’eau pour se déplacer. Ayez une approche méthodique pour trouver les ombres qui peuvent rester plaqués sur le fond.

N’oubliez pas de garder un œil sur les lisses, ce sont des zones parfaites pour voir des ombres à pêcher à vue ou en sèche s’ils gobent.

2) L’ombre aime le soleil : sans jouer sur les mots, l’ombre commun affectionne particulièrement les zones bien ensoleillées. Comme pour tous les poissons, la température de l’eau a une influence directe sur le métabolisme de l’ombre. Si l’eau est froide, il est plus pertinent de pêcher en priorité les courants bien exposés.Franck en combat sur l'Ain

3) L’ombre exige une présentation impeccable : en sèche comme en nymphe, les ombres peuvent se montrer très tatillons s’ils ont déjà été chatouillés ! Il faut donc veiller à ce que les dérives soient soignées et sans dragages intempestifs. La pêche 3/4 aval est efficace en sèche, si vous maîtrisez les posers courbes, il y a de bonnes chances pour que votre mouche passe dans le champ visuel du poisson sans qu’il ne voit votre fil. En nymphe, bien choisir les poids en fonction des profondeurs et de la vitesse des courants demeurent des règles d’or.

4) L’ombre aime ce qui bouge : cette espèce se nourrit en très grande majorité d’invertébrés aquatiques. La spécialité de l’ombre et de capter des larves ou des invertébrés en mouvement sous l’eau. Ce poisson dispose d’une vue très performante et peut se déplacer de plus de deux mètres pour gober une larve de quelques millimètres qui tente de gagner la surface. Les ombres réagissent très bien lors d’animations ou en fin de dérive lorsque les mouches remontent vers la surface. Attention aux touches !

10988087_350179488524873_4156897846250984505_n

5) L’ombre est curieux : si pour vous le rose, le violet ou le vert fluo sont des couleurs qui n’ont rien avoir avec ce que mangent les ombres, il faut savoir que ce sont des couleurs incitatives qui peuvent faire toute la différence. Une nymphe neutre peut être moins prenante qu’une nymphe avec tag fluo et cela est aussi vrai pour les mouches sèches et les mouches noyées. Si ces poissons boudent les mouches « classiques » une mouche avec un tag ou un cerclage flashy peut être un bon moyen de les faire réagir.

Nymphes

6) l’ombre est un poisson fragile : il faut veiller sur ce poisson qui livre un combat sans s’économiser. Utiliser une épuisette pour abréger le combat est un bon moyen pour limiter les risques d’épuisement du poisson. Décrochez le dans l’eau et ne serrez pas ce poisson qui aura tendance à se tortiller de toutes ses forces si vous tenter de le saisir à pleine main. Les hameçons sans ardillon permettent de gagner du temps, le poisson s’en libère souvent seul dans l’épuisette. Remettez le à l’eau sans attendre en veillant à ce que le poisson se repositionne bien. Vous pourrez même apprécier la compagnie d’un ombre qui reste à côté de vous le temps de retrouvez ses esprits !DSCF6953

A savoir : les ombres communs bénéficient de plus en plus de réglementations départementales et locales plus restrictives que le cadre légale national et ce pour une meilleur prise en compte des cycles biologiques. Alors si les cormorans ne se soucient pas de la taille de leurs proies, les pêcheurs prennent de plus en plus conscience de la fragilité de ce poisson et de l’intérêt halieutique qu’il représente lorsqu’il est vivant.

Un dernier conseil : les frayères à ombre se situent souvent en tête de radier et en fin de plat. Si vous connaissez les secteurs sur lesquels ces poissons ont frayé, soyez consciencieux et n’allez pas marcher sur les frayères avant la mi-juin de manière à laisser les alevins sortir des graviers tranquillement. Ce sont ces petites attentions qui font les belles sorties de pêche à venir !

Je vous souhaite une bonne ouverture.

Florian

Facebook

Helios 2 10′ soie 3 Tip Flex : une canne d’exception

Voilà un an que l’Helios 2 a trouvé sa place à côté de mes autres cannes. Difficile de remplacer des cannes avec lesquelles je pêchais depuis des années mais il faut admettre que lorsque l’on prend une 10′ soie 3 en main et qu’elle nous procure la sensation de lancer avec une 9′ c’est plutôt surprenant !

13091902_489146734628147_548707060919180054_n

Orvis a mis les moyens pour combler les pêcheurs exigeants en quête d’une canne ultra polyvalente pour rechercher les truites et les ombres dans la plupart des rivières. Un blank d’une technicité incroyable élaboré aux USA, une cosmétique moderne et raffinée pour une canne de haute voltige. Les anneaux Recoil indéformables améliorent l’équilibre de la canne et n’altèrent pas l’action rapide du blank.

L’Helios 2 10′ #3 n’est pas comparable à une SAGE ESN ou à une MAXIA MX qui sont des cannes spécialement dédiées aux techniques ultra-fines de pêche en nymphe. Orvis a pris le parti de créer une canne dont le « spectre » technique est plus large afin de permettre à un pêcheur de changer passer de la sèche à la nymphe sans changer de canne. Les spécialistes de la pêche à l’espagnole ne trouveront pas dans cette canne l’action semi-parabolique très souple d’une canne Castor. Par contre, un pêcheur qui maîtrise plusieurs techniques de pêche à la mouche n’aura aucun mal à les mettre en pratique.

13062136_489146717961482_2365169162918937342_n

Le « swing » est un mot anglais qui synthétise l’impression de balancier que l’on ressent lorsque l’on utilise une canne à mouche pour lancer. A longueur et numéro de soie identiques, en fonction des actions et des modules de carbones utilisés, le ressenti peut être complètement différent d’une canne à une autre. Avec la Helios 2 10′ soie 3 Tip Flex, ce qui impressionne c’est la facilité de lancer et la réserve de puissance qu’elle possède. Il n’y a pas à forcer, cette canne accélère les lancers naturellement.

Avec une soie Hydros Trout WF3 ou une soie Scientific Anglers VPT WF3 l’Helios 2 est très bien chargée et les lancers se font très facilement jusqu’à 20 m. C’est déjà bien assez pour pêcher dans la grande majorité des cas, mais si nécessaire, cette 10′ soie n°3 peut dérouler jusqu’à 25 m de soie…

La précision de cette canne est irréprochable. J’apprécie énormément le fait de pouvoir poser ma mouche au bon endroit du premier coup même avec du vent. Certes il faut un bas de ligne adapté, mais si vous disposez d’une bonne formule de bas de ligne dégressif l’Hélios 2 fera le reste. Pour la pêche à vue, cette canne n’est pas en reste non-plus, elle n’éprouve aucune difficulté à aligner un bas de ligne de 6 m sur l’eau si besoin et aucun problème pour pêcher en fil de 0,08 mm. C’est justement sur la Haute-Seine et sur le Vicdessos que j’ai pu tester cette canne avec des pointes très fines et je n’ai enregistré aucune casse. Réactive et douce à la fois, cette Helios 2 est parfaite pour les situations de pêche délicates.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Si cette canne est surnommée « French Style Rod » et ce n’est pas pour rien ! L’action de l’Hélios 2 10′ soie 3 est très adaptée à la pratique de la pêche en nymphe au fil et sous la canne. Les anneaux sont idéalement positionnés pour limiter les « ventres » de la soie. Le scion est renforcé pour limiter les risques de casse suite à l’impact d’une nymphe.

N’utilisant que des hameçons sans ardillon, la tenue de poisson est un critère auquel j’accorde beaucoup d’importance dans le choix de mon matériel. La 1ère génération d’Helios ne comportait pas de modèle en 10′ soie 3, j’avais essayé la 10′ soie 4 qui me semblait un peu trop raide pour bien tenir les poissons d’une vingtaine de centimètres.

La première fois que j’ai pêché avec cette canne c’était sur une petite rivière de l’Ain dont la forte population de truite de taille modeste me permettait de tester l’aptitude de la Helios 2 à bien tenir les poissons que l’on cible en compétition. Et bien je n’ai pas décroché plus de poisson qu’avec ma Tactical 10′ soie 4 que je considère comme un référence pour combattre des poissons de moins de 30 cm.

dourbie

Alors qu’avec la Marryat j’avais parfois l’impression de subir  dès que je combattais un poisson de belle taille, la réserve de puissance de l’Helios 2 10′ soie 3 procure une sensation rassurante avec ce genre de prise. J’ai eu plusieurs occasions pour pousser cette cannes dans ses retranchements notamment sur la basse rivière d’Ain. Les ombres et les truites de plus de 40 cm ne sont pas rares sur cette grande rivière et l’Helios 2 a vraiment tenu bon même avec des poissons de 50 cm et plus.

Truite 1

On pourra trouver de très bonnes cannes à un prix plus abordable que l’Helios 2, mais n’oubliez pas que cette canne est entièrement réalisée à la manufacture Orvis située dans l’Etat du Vermont et que la teneur du blank en carbone haut module est largement supérieure à la plupart des blanks de gammes intermédiaires. Disposant d’une garantie 25 ans, cette canne n’est pas faite pour rester dans son tube, elle est conçue pour pêcher de manière intensive et ne pas se démoder !

Comme expliqué plus haut, l’Helios 2 10′ soie 3 est d’une beauté rare. Rien qu’à prendre le tube aux couleurs de la de la canne en main on comprend qu’Orvis a le souci du détail. A ce niveau de prix, il s’agit non seulement d’une canne haut de gamme mais aussi d’un objet somptueux. Du porte moulinet jusqu’à l’anneau de pointe, les finitions sont irréprochables.

Cette canne est aujourd’hui celle qui m’accompagne dans la majorité de mes sorties de pêche en rivière et je ne suis pas prêt de m’en séparer !

A bientôt au bord de l’eau.

Florian

 

 

Facebook